L’art de la grammaire et l’art du management

L’art de la grammaire et l’art du management ou la grammaire managériale résumée en sept points clefs

 « La grammaire est l’art de lever les difficultés de la langue ; mais il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. »**

En reprenant cette citation d’Antoine RIVAROLI, j’aimerais faire un parallèle entre le management et les multiples processus managériaux continuellement renouvelés. Ils sont remplacés, remodelés, révolutionnés pour atteindre les objectifs de l’entreprise, mais aussi pour redonner une nouvelle direction, pour changer tout simplement, ou encore pour effacer un passé prétendument inopérant et improductif et pour écrire un futur assurément prometteur.

Et si nous cessions de réinventer constamment des approches nouvelles sans fondements logiques et rationnels et de surcroît, si nous ne changions pas ce qui fonctionne bien.

En effet, les bases du management n’ont pas changé. Il s’agit toujours et encore, de communiquer, d’écouter, de gérer le lien relationnel à l’autre, de structurer, de fixer des objectifs et de suivre les résultats, et de se remettre en question en cherchant notamment comment faire autrement lorsque les résultats ne sont pas là. La grammaire du management en sept points s’établit sur ces bases, l’écriture au quotidien des pages du grand livre managérial doit s’appliquer à les utiliser simplement.

Make it simple, keep it simple!

 La grammaire managériale résumée en sept points clefs :

  1. Communiquer
  2. Ecouter
  3. Gérer le lien relationnel à l’autre
  4. Structurer
  5. Fixer des objectifs et suivre les résultats
  6. Se remettre en question
  7. Explorer, chercher à comprendre

Rédigé par Claire Tagand-Battard

** Antoine RIVAROLI (1753-1801) Né en France et mort à Berlin, écrivain, journaliste, essayiste et pamphlétaire royaliste français, homme aux multiples noms et pseudonymes

Publicités

Je ne supporte plus mon collaborateur direct, comment faire ?

Contexte :

«Mon assistant commercial me donne l’impression de ne pas être motivé, j’ai le sentiment de le payer à ne rien faire.  Je suis mécontent et même déçu de lui. Il n’est pas engagé dans son travail, cela m’exaspère. Je dois pourtant reconnaître que lorsque je lui demande un document, un tableau de suivi par exemple,  il le fait immédiatement. Dans son ensemble, son attitude m’horripile».

 L’avis du coach :

Souvent nous prononçons des jugements hâtifs qui pourraient bien devenir des sources de conflits, voire des contentieux coûteux. De plus, nos ressentis peuvent exprimer un message de démobilisation : « .. je ne te supporte plus » !

 Hypothèse  de travail : Et si votre salarié était tout simplement flexible et de nature plutôt sereine.

Pour lui comme pour vous c’est une caractéristique que vous devriez considérer comme un point fort. Ainsi lorsque vous lui demandez un rapport, il le fait immédiatement sans demander de délai parce que cette demande inattendue s’intègre dans sa manière de travailler. D’aucuns pourraient dire « je suis déjà en train de préparer un autre rapport, je n’ai pas le temps, je le ferai demain. Ce n’est pas le cas de votre salarié. Ainsi sa grande force c’est de pouvoir, sans être déstabilisé par une activité imprévue, s’adapter à des demandes impromptues. C’est la qualité sur laquelle vous devez vous appuyer.

Ainsi, en découpant ses livrables en petites tâches, vous obtiendrez le travail demandé et vous pourrez toujours compter sur sa capacité à passer d’une activité à une autre. Enfin en agissant ainsi vous créez un environnement propice pour qu’il se motive. Chaque petite action non répétitive, réalisée à votre demande au dernier moment est de nature à participer à créer l’environnement dans lequel sa motivation s’exprime.  En qualité de manager ou de dirigeant vous savez désormais qu’il est préférable de lui donner de petites tâches à réaliser.

Ce travail managérial s’intègre dans votre tâche globale de gestion d’équipe. Bien sûr, je comprends que parfois cela soit difficile ! En aidant vos collaborateurs à grandir c’est vous qui grandissez.

Make sure your employees succeed! Help them to achieve SMART goals and you will grow with them!

Claire TAGAND-BATTARD

Comment innover et travailler efficacement?

Enfant ou peut-être adulte vous vous êtes probablement interrogé, au moins une fois, pour essayer de découvrir « qui est l’homme » ? Pascal Picq, paléoanthropologue, tente de répondre à ces deux questions : « qu’est-ce que l’humain » ? « Est-ce que ce sens est propre à l’espèce Homo sapiens » ? Dans un entretien accordé à Muriel Jasor et Yann Verdo – les Echos le 17 octobre 2012, Pascal Picq apporte un éclairage précieux en formulant des pistes pour travailler ensemble et pour faciliter le processus d’innovation.

Selon Pascal Picq il serait réducteur de cantonner le partage à la seule notion de morale ou d’altruisme. Il décrit le partage comme un acte favorisant la coopération et la survie. Partager signifie s’assurer et se rassurer sur ses chances de survie. Ainsi cet « altruisme intéressé » ferait partie du processus de « sélection naturelle ». Les groupes qui ont mis en place des mécanismes collaboratifs et des systèmes d’échanges ont évolué positivement. Il considère que les systèmes complexes et que les méthodes des grandes entreprises pourraient mettre en péril l’entreprise dès que le partage et l’entraide ne sont plus présents. En effet certains modèles organisationnels conduisent à la stérilité de l’entreprise, processus similaire à celui de la sélection naturelle.

La survie de la PME (au sens Évolutionniste) est due à la mise en place d’interventions centrées sur l’entraide et l’échange. Ce terreau propice au développement de la start-up se niche au cœur même de la « petite » entreprise. En effet, la polyvalence et la simplicité avec laquelle les rapports se créent entre les parties prenantes montrent un entrelacement d’échanges collaboratifs favorisant ainsi l’émergence d’innovations.

Le professeur de paléoanthropologie poursuit en insistant sur le fait que l’innovation n’est pas le « seul apanage » des ingénieurs. C’est encore le travail collaboratif et les idées de tous, au sens large, qui produisent des résultats exceptionnels. Il évoque notamment l’entreprise IDEO comme étant un modèle d’entreprise favorisant les échanges collaboratifs.

Ainsi, installer son entreprise dans un site propice aux échanges intra-entreprise et inter-entreprises pourrait contribuer favorablement à votre réussite.

Rédigé par CTB

http://www.youtube.com/watch?v=PWkk9sr_GOs

http://www.ideo.com/people/bill-moggridge

La clause de non-concurrence en droit social

Vous avez créé votre entreprise et déjà vous réalisez vos premiers recrutements.  Après avoir mis en œuvre les différentes techniques de recrutement, de l’identification de votre besoin de recrutement aux entretiens d’embauche, vous êtes sur le point de valider le recrutement d’un collaborateur.

Recruter c’est également contractualiser un engagement réciproque. Afin de protéger votre start-up innovante vous devriez penser à insérer une clause de non-concurrence.

Notre contributeur avocat  (voir la bio dans « about » http://wp.me/P2LN7Y-2 ) a rédigé ce post pour clarifier les éléments clefs de la clause de non-concurrence.

Pour lire la suite : http://wp.me/P2LN7Y-21