Garder le contrôle de l’entretien d’embauche

Poser les bonnes questionscible

Garder le contrôle

3 minutes 45 pour améliorer ses compétences en recrutement Cliquer ici 

Publicités

Réussir son premier recrutement

Réussir son premier recrutement

C’est de la méthode :

  1. Définir le profil recherché
  2. Préciser les compétences techniques recherchées
  3. Déterminer les compétences comportementales

C’est maîtriser l’entretien d’embauche :

  1. Poser des questions précises
  2. Garder le contrôle de l’entretien

Voir la suite en image :  vidéo effectuée pour GDF SUEZ Pro dans le cadre du programme Mon Projet +

Posté par CTB

Réussissez vos recrutements

Un recrutement conduit inévitablement à se demander comment limiter les risques d’un contentieux lié à une embauche. Vous pourriez peut-être recruter une personne qui ne s’intègre pas, à qui vous ne pouvez pas faire de  remarque, qui ne fournit pas le travail attendu, et qui finalement semble ne  pas être motivée !

Comment éviter les écueils – ils sont nombreux- d’un  recrutement ? C’est l’occasion de revisiter les étapes d’un entretien  d’embauche, puis de se remémorer la formulation des questions qui produisent des réponses utiles à une démarche de recrutement. C’est aussi le moment de distinguer les outils qui permettent de valider si les caractéristiques  personnelles du candidat correspondent à celles qui sont attendues pour le
poste.

Lire la suite : Article publié dans le revue Echanges – février 2013 – n°306

Comment garder la maîtrise d’un entretien d’embauche pour réussir votre recrutement !

Garder le contrôle d’un entretien d’embauche peut se révéler difficile, certains candidats peuvent tenter de diriger l’entretien, à votre issu!

Vous avez lancé une campagne de recrutement car vous devez renforcer votre équipe. Bien installé dans votre bureau, vous venez de trier les candidatures. Vous avez notamment repéré de très belles candidatures.

Pourtant, l’idée de passer à l’étape suivante vous procure soudain un sentiment d’inconfort car vous devez recruter le meilleur candidat possible et plus que tout vous ne pouvez pas vous tromper. Vous vous souvenez d’ailleurs des ennuis que votre ami, CEO d’une autre start-up, vient de rencontrer.

Inévitablement vous vous demandez comment limiter les risques d’un contentieux lié à une embauche. Plus simplement, et sans parler d’une situation litigieuse, vous pourriez tout bonnement recruter une personne qui ne s’intègre pas, à qui vous ne pouvez pas faire de remarque, qui ne rend pas le travail à temps et qui finalement semble ne pas être motivée !

Eviter les écueils

Comment faire pour éviter les écueils – ils sont nombreux – d’un recrutement ? Garder la maîtrise de l’entretien et poser les bonnes questions sont deux techniques que vous pouvez aisément développer. Elles vous conduiront vers des entretiens sereins et d’excellents résultats.

Garder la maîtrise de l’entretien en 10 étapes incontournables.

1- Mettez à l’aise votre candidat. Il pourra ainsi répondre plus directement à vos questions, il adoptera une position de « communicant ».

2- Présentez le plan de l’entretien. Puis, décrivez votre société en suscitant l’intérêt. Tout en restant objectif et factuel, donnez-envie.

3- Présentez-vous simplement, rapidement.  Veillez à rester bref.  Il ne s’agit pas de vous, mais d’un entretien d’embauche.

4- Demandez à votre candidat de se présenter. La transition est logique, après l’entreprise et vous-même, c’est au tour du candidat.

5- Prenez votre grille de compétences ainsi que les questions que vous avez préparées en amont. Posez des questions « ouvertes ciblées »

6- Insistez pour obtenir des exemples précis. Débusquez les « il faut faire ceci puis cela ». Reformulez pour obtenir un exemple concret.

7- Présentez le poste en détail et en toute transparence. Une relation professionnelle se construit sur des bases solides des deux côtés.

8- Encouragez le candidat à poser des questions. L’entretien est un moment privilégié d’échange d’information. Il peut avoir des questions.

9- Répondez en toute transparence sans montrer une quelconque impatience. Soyez indulgent, vous avez peur de vous tromper, lui aussi.

10-Parlez-lui de la suite du processus, notamment quand vous reviendrez vers lui et faites-le ! Que la réponse soit positive ou négative !

Poser les bonnes questions… lire la suite formuler des questions pertinentes!

Bons entretiens et bonne sélection !

Posté par Claire TAGAND BATTARD

Comment puis-je formuler des questions pertinentes et éviter les écueils lorsque je fais passer des entretiens d’embauche ?

Dans le cadre d’un entretien d’embauche les écueils sont nombreux. Le premier d’entre-eux est l’absence de préparation. Au cours de votre vie professionnelle, vous avez certainement passé un entretien d’embauche pour lequel il apparaissait de manière évidente que le recruteur n’avait pas lu votre CV. Maintenant que vous visualisez le résultat de ce manque de préparation, nous pouvons aborder le questionnement.  En effet, l’efficacité de l’entretien repose sur votre capacité à préparer des questions pertinentes et donc évidemment d’avoir lu le CV avant l’entretien.

Rappelons qu’il existe différents types de questions : questions ouvertes, questions fermées, questions alternatives, questions hypothétiques, et bien sûr les questions ouvertes ciblées.

Le second écueil est sans aucun doute l’utilisation des questions hypothétiques dont voici une illustration. « Que feriez-vous s’il y avait le feu ». Le candidat peut répondre en récitant une liste d’étapes lues sur une affiche de sécurité. Si sa capacité à mémoriser des informations est correcte vous n’apprendrez rien sur sa capacité à gérer la situation. Autant dire qu’il est indispensable de bannir l’utilisation de ce type de question « hypothétique ». Les questions hypothétiques invitent votre candidat à formuler des réponses qui vous feront rêver ! Cela nuira fortement à votre capacité à prendre une décision rationnelle.

Les questions ouvertes ciblées sont des questions ouvertes « enrichies ». Elles vont stimuler le candidat en le forçant à explorer un domaine précis. Voici donc deux exemples illustrant la différence entre la question ouverte et la question ouverte ciblée. « Que pensez-vous de votre travail ? » est une question ouverte lorsque « Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre travail ? » est une question ouverte ciblée.  La question ouverte autorise votre candidat à sélectionner ce qu’il souhaite vous dire. C’est ainsi que vous risquez de passer à côté de l’information pertinente recherchée.

Notez qu’il faut plus de temps à un candidat pour formuler la réponse à une question ouverte ciblée. Vous devez donc prendre en compte ce fait en encourageant le candidat. « Prenez votre temps pour répondre ». Car en effet, il doit rechercher une information précise dans un champ délimité.

Voici une image pour illustrer la puissance de la question ouverte ciblée.

Imaginez un meuble de bureau avec trois tiroirs, à l’intérieur de ces tiroirs il y a une grande quantité de dossiers suspendus. A l’intérieur de chaque dossier il y a plusieurs sous-chemises. La question ouverte pourrait être formulée ainsi : « Pourriez-vous me parler du meuble ? » Le candidat peut ainsi décrire la couleur du meuble, des trois tiroirs, ou encore choisir un dossier qui le passionne. Dans ce cadre précis, la réponse à cette question ouverte ne vous apporte rien, pourtant le candidat a répondu à votre question.

Vous pouvez aussi lui demander « pourriez-vous me décrire comment est organisé le classement des dossiers classés urgents dans le second tiroir ?» Le candidat doit rechercher précisément l’information afin de répondre à votre question. Il s’agit pourtant du même meuble. Le candidat n’est pas responsable de la manière dont vous posez vos questions. Aussi, veillez à préparer vos questions ouvertes ciblées.

Enfin, le dernier argument qui pourrait vous convaincre d’avoir recours aux questions ouvertes ciblées est de taille. Vous pouvez orienter certaines d’entre-elles sur des comportements professionnels importants dans la réussite du poste. « Souvenez-vous d’une situation où vous avez dû gérer un client particulièrement mécontent. Comment cela s’est-il passé ? Qui était impliqué ? Qu’avez-vous fait ? » Les réponses circonstanciées permettent d’évaluer le comportement de votre candidat. C’est Janz (1989) qui a mis en valeur « l’entretien de description du comportement » fondé sur l’idée que les comportements passés permettent de prédire les comportements futurs.

Bons entretiens

Claire Tagand Battard

Comment réussir un entretien d’embauche

Vous avez lancé une campagne de recrutement car vous devez renforcer votre équipe. Bien installé dans votre bureau, vous venez de trier les candidatures. Vous avez notamment repéré de très belles candidatures.

Pourtant, l’idée de passer à l’étape suivante vous procure soudain un sentiment d’inconfort car vous devez recruter le meilleur candidat possible et surtout vous ne devez pas vous tromper. Vous vous souvenez d’ailleurs des ennuis que votre ami, CEO d’une autre start-up, vient de rencontrer.

Inévitablement vous vous demandez comment limiter les risques d’un contentieux lié à une embauche. Plus simplement, et sans parler d’une situation litigieuse, vous pourriez tout bonnement recruter une personne qui ne s’intègre pas, à qui vous ne pouvez pas faire de remarque, qui ne rend pas le travail à temps et qui finalement semble ne pas être motivée ! Comment faire pour éviter les écueils – ils sont nombreux – d’un recrutement ? Garder la maîtrise de l’entretien et poser les bonnes questions sont deux techniques que vous pouvez aisément développer. Elles vous conduiront vers des entretiens sereins et d’excellents résultats.

Le nouvelle série « tweets et tips managériaux » vous permettra de garder le contrôle de l’entretien en 10 étapes.  A suivre donc sur https://twitter.com/AptAlternatives

Claire Tagand Battard