L’essentiel de la #communication#, ce qu’il faut retenir – 1ère partie

Napoléon 1er destinait ce conseil au prince Eugène que nous retenons aujourd’hui comme une citation. « Sachez écouter, et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science ».Vous auriez tort de ne pas vous inspirer des éléments clefs de ce post, cet article n’est pas un article de plus sur la communication. Il présente de manière synthétique les principaux éléments à retenir.

  1. Communiquer c’est bien plus que des mots échangés.
  2. Communiquer c’est prendre en compte les parasites de la communication !
  3. Communiquer c’est avant tout écouter !
  4. Communiquer lorsque l’on est manager
  1.  Communiquer c’est accepter d’être au moins deux !

 # A quoi servirait un téléphone s’il n’y a personne pour décrocher : Communiquer c’est construire à plusieurs un édifice! #

Le modèle de communication universel met en évidence deux polarités : l’émetteur et le récepteur. Lorsqu’il y a un échange réciproque entre individus, la communication est dite à double sens. La communication à sens unique se matérialisant par une personne parlant sans possibilité (choisie ou non) de comprendre, voir ou entendre les signaux de compréhension ou d’incompréhension de l’autre interlocuteur. La rétroaction souvent dénommée sous sa forme anglaise « feedback », est la condition nécessaire d’accès à l’autre.

En conséquence, une discussion est une suite de messages envoyés par un individu puis, décodés, analysés, procédés par une autre personne, nommé le récepteur. Le récepteur devenant émetteur au moment où l’information procédée est formulée puis adressée en réponse à l’interlocuteur. Il s’agit d’une danse pour laquelle il faut être au moins deux, et la communication peut être alors considérée comme un système d’interactions.

Notons que les mots utilisés lors des échanges ne sont pas les seules composantes du message. Certains, parlent du message verbal ou du message non verbal, d’autres et notamment A. Mehrabian, distinguent trois types de message. Le message verbal, ce sont les mots utilisés, le message vocal, nous exprimons ici le ton de la voix, le débit etc., et le message visuel, c’est-à-dire l’ensemble de ce qui se voit lors des échanges.

Posté par Claire Tagand Battard

Lire la suite prochainement

Publicités

L’art de la grammaire et l’art du management

L’art de la grammaire et l’art du management ou la grammaire managériale résumée en sept points clefs

 « La grammaire est l’art de lever les difficultés de la langue ; mais il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. »**

En reprenant cette citation d’Antoine RIVAROLI, j’aimerais faire un parallèle entre le management et les multiples processus managériaux continuellement renouvelés. Ils sont remplacés, remodelés, révolutionnés pour atteindre les objectifs de l’entreprise, mais aussi pour redonner une nouvelle direction, pour changer tout simplement, ou encore pour effacer un passé prétendument inopérant et improductif et pour écrire un futur assurément prometteur.

Et si nous cessions de réinventer constamment des approches nouvelles sans fondements logiques et rationnels et de surcroît, si nous ne changions pas ce qui fonctionne bien.

En effet, les bases du management n’ont pas changé. Il s’agit toujours et encore, de communiquer, d’écouter, de gérer le lien relationnel à l’autre, de structurer, de fixer des objectifs et de suivre les résultats, et de se remettre en question en cherchant notamment comment faire autrement lorsque les résultats ne sont pas là. La grammaire du management en sept points s’établit sur ces bases, l’écriture au quotidien des pages du grand livre managérial doit s’appliquer à les utiliser simplement.

Make it simple, keep it simple!

 La grammaire managériale résumée en sept points clefs :

  1. Communiquer
  2. Ecouter
  3. Gérer le lien relationnel à l’autre
  4. Structurer
  5. Fixer des objectifs et suivre les résultats
  6. Se remettre en question
  7. Explorer, chercher à comprendre

Rédigé par Claire Tagand-Battard

** Antoine RIVAROLI (1753-1801) Né en France et mort à Berlin, écrivain, journaliste, essayiste et pamphlétaire royaliste français, homme aux multiples noms et pseudonymes