L’homme et les processus sont au cœur de l’entreprise prospère

L’homme et les processus sont au cœur de l’entreprise prospèrehommes processus graphique perform

En relisant l’expression de Crozatier (1985) « ce sont les hommes et l’organisation qui font la différence » ainsi que le livre co-écrit et sous la direction de Peretti (1996, 2001 et 2006) « tous DRH » nous renforçons une certitude – presque une lapalissade – : l’homme est au cœur de l’entreprise. Cependant, ce sont les cadres – les processus internes – que l’entreprise propose ou ne propose pas qui font la différence entre deux PME.

Dans le cadre d’une étude que j’ai réalisée pour une grande banque (2014) j’ai eu l’occasion de rencontrer 30 entrepreneurs innovants dont la moitié a réalisé une ou plusieurs levées de fonds et un quart une entrée en bourse. Ces trente créateurs d’entreprises innovantes hommes processus graphique hommessoulignent eux aussi l’importance des hommes et du cadre. L’une des clefs de leurs réussites est de savoir identifier les compétences nécessaires à l’entreprise pour les accorder entre elles, afin qu’elles favorisent le développement de la PME. Une autre clef essentielle est d’attirer et de retenir ces ressources. Pour tous ces créateurs d’entreprises c’est certain et ils le rappellent unanimement « ils ne sont rien » sans leurs collaborateurs, ces hommes et ces femmes qui rejoignent leurs projets.

Pourtant ces ressources humaines talentueuses ne peuvent rien sans organisation. Ces trente entrepreneurs ont explicitement affirmé qu’ils avaient dû structurer, proposer des processus hommes processus graphique structude travail afin que l’entreprise survive à des événements pourtant standards dans la vie d’une entreprise : la signature d’un nouveau contrat, l’arrivée d’un nouveau salarié, l’obtention d’une certification, la signature d’un marché à l’international, l’arrivée d’actionnaires, l’entrée en bourse… Il s’est même produit que ce soit leurs salariés qui réclament les cadres et les processus de travail.

Les hommes sans le cadre ne sont rien, le cadre sans les hommes ne produit rien. Une entreprise sans stratégie et sans processus est une entreprise qui ne peut pas performer, elle survit quelques temps puis lentement elle s’asphyxie, enfin elle meurthommes processus graphique. Comment dans ces conditions retiendraient-elles des salariés engagés ? Le dirigeant doit penser à poser un cadre qu’il fait évoluer à chaque étape du développement de l’entreprise. A l’échelle de la start-up, le moindre changement dans une équipe de 10 personnes est un bouleversement important. Contre toute attente dans une petite entreprise la structuration est permanente . C’est ce que ces trente entrepreneurs ont compris !

Posté par Claire Tagand Battard

 

Pour partager vos idées et vos suggestions d’organisation, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Publicités

L’art de la grammaire et l’art du management

L’art de la grammaire et l’art du management ou la grammaire managériale résumée en sept points clefs

 « La grammaire est l’art de lever les difficultés de la langue ; mais il ne faut pas que le levier soit plus lourd que le fardeau. »**

En reprenant cette citation d’Antoine RIVAROLI, j’aimerais faire un parallèle entre le management et les multiples processus managériaux continuellement renouvelés. Ils sont remplacés, remodelés, révolutionnés pour atteindre les objectifs de l’entreprise, mais aussi pour redonner une nouvelle direction, pour changer tout simplement, ou encore pour effacer un passé prétendument inopérant et improductif et pour écrire un futur assurément prometteur.

Et si nous cessions de réinventer constamment des approches nouvelles sans fondements logiques et rationnels et de surcroît, si nous ne changions pas ce qui fonctionne bien.

En effet, les bases du management n’ont pas changé. Il s’agit toujours et encore, de communiquer, d’écouter, de gérer le lien relationnel à l’autre, de structurer, de fixer des objectifs et de suivre les résultats, et de se remettre en question en cherchant notamment comment faire autrement lorsque les résultats ne sont pas là. La grammaire du management en sept points s’établit sur ces bases, l’écriture au quotidien des pages du grand livre managérial doit s’appliquer à les utiliser simplement.

Make it simple, keep it simple!

 La grammaire managériale résumée en sept points clefs :

  1. Communiquer
  2. Ecouter
  3. Gérer le lien relationnel à l’autre
  4. Structurer
  5. Fixer des objectifs et suivre les résultats
  6. Se remettre en question
  7. Explorer, chercher à comprendre

Rédigé par Claire Tagand-Battard

** Antoine RIVAROLI (1753-1801) Né en France et mort à Berlin, écrivain, journaliste, essayiste et pamphlétaire royaliste français, homme aux multiples noms et pseudonymes